Dopaminez-vous vos équipes ?

Dopaminez-vous vos équipes ?

Si comme de nombreuses personnes vous salivez à la vue d’une belle assiette, c’est que vous venez d’activer votre circuit de la récompense. Une petite décharge de dopamine est sécrétée, elle nous donne du plaisir, alors même que nous n’avons pas encore touché l’assiette, c’est tout simplement incroyable.

Imaginez un instant que cela se produise dans votre entreprise. Imaginez que lorsqu’un employé visualise votre logo, il active ce système de récompense. Par anticipation il associe travail à plaisir… Car la dopamine est une hormone qui entretient la motivation.

Liée au plaisir elle est ambivalente car c’est aussi elle qui nous entretient dans certaines dépendances comme la drogue ou l’alcool ou plus simplement sur nos écrans.

Pourtant que de plaisirs à se faire plaisir, que de plaisir à faire plaisir aux autres. Les relations, la motivation en entreprise, comme pour la dopamine est ambivalente. Pour réussir, les dirigeants et managers se doivent de motiver leurs équipes pour atteindre des résultats. A priori il suffirait de récompenser les équipes pour qu’elles réussissent, quitte à augmenter la « dose » un peu plus à chaque réussite.

Chacun ayant de l’expérience dans ce domaine peut constater les limites de tels comportements. Une équipe doit trouver en elle-même les ressorts de sa motivation. Pour progresser. Elle doit miser sur ce qu’elle sait faire de mieux pour entretenir et développer ses compétences. Elle doit aussi parler de ses règles, de ses objectifs, et du pourquoi ils sont une équipe.

Une bonne façon d’entretenir la motivation au sein d’une équipe est de donner des signes de reconnaissances, d’encourager, de guider pour améliorer l’attitude, la posture, la technicité. C’est un peu cela la dopamine de l’équipe. C’est de se dire que chaque jour de travail est un jour de reconnaissance, de gratitude, d’acceptation de ce qui fonctionne bien comme de ce qui fonctionne moins bien. C’est accepter ceux qui performent comme ceux qui sont dans la difficulté.

Un dirigeant d’entreprise me disait, « mon problème, c’est que je suis trop gentil, je laisse faire, et puis un jour j’explose, je vois les dégâts que cela cause dans l’équipe, je ne sais pas comment faire ».

Notre travail va être de poser un cadre dans ses relations pour qu’il change sa posture, qu’il partage se cadre et le tienne dans le temps. Dans ce cadre les signes de reconnaissances, les encouragements, le questionnement, les retours d’information vont contribuer peu à peu à créer un climat de confiance pour que l’équipe dans un premier temps renforce ses points forts et peu à peu améliore les points plus faibles. Il ne s’agit donc pas seulement de récompenser, il s’agit de reconnaitre l’autre dans l’équipe et donner du sens au cadre et aux objectifs de l’entreprise. Comme pour notre cerveau c’est un équilibre entre différents facteurs (hormones) qu’il s’agit de trouver et d’ajuster en permanence pour garder le bon équilibre.

Apprendre les feedbacks plutôt que le blablabla

Apprendre les feedbacks plutôt que le blablabla

En ce début de COP 26, c’est bien l’image de Greta Thunberg qui vient à l’esprit quand elle répète inlassablement blablabla qu’elle veut des actes plutôt que des discours blablabla. Elle a certainement raison, tout comme ceux qui font les discours ont raison, la parole précède souvent l’action. En coaching, nous apprenons que ce qui compte c’est d’avoir des clients qui s’engagent à… et même si l’action annoncée n’est pas celle réalisée, c’est cet engagement qui compte.

La COP26 ne devrait pas s’arrêter aux joutes oratoires et déclaration ostentatoires, et tout le blablabla, et pourrait se concentrer sur les feedbacks, les retours d’information en français, mais aussi sur les retours d’expérience et les appréciations positives sur ce qui marche et que l’on pourrait encore amplifier.

Imaginez-vous dans une entreprise en train de pointer sans arrêt les risques, les menaces et les peurs que génèrent le futur de vos marchés. Cela influerait sur votre moral et votre performance, c’est relativement classique, c’est ce qui arrive quand les différents acteurs pointent les défauts de chacun plutôt que les qualités.

Au contraire, si nous nous concentrons sur les aspects positifs de notre entreprise, de nos relations, de nos performances, nous pouvons nous appuyer dessus pour réussir des transformations encore plus importantes. Sur une barque emportée par le courant, si nous laissons les moins compétents à la rame et les moins experts à la barre, il est fort à parier qu’elle chavirera. Si vous mettez des hommes forts qui aiment être forts dans les moments difficiles, et qui aiment avoir un barreur en qui ils ont confiance, vos chances de sortir du courant sont alors nettement plus élevées, voir certaines ! Mais cela ne s’improvise pas, cela se cultive.

Le premier pas pour bien débuter passe par les facteurs clés de succès et les forces sur lesquelles nous pouvons, alors, nous appuyer. Les menaces, les risques sont toujours là, mais en attribuant à chacun un rôle dans sa compétence, nous créons les conditions de la confiance et de la réussite.

Les feedbacks bien réalisés, permettent de se concentrer sur les forces et les axes de progrès. Les feedbacks sont et doivent être sincères. Sinon c’est du blablabla. Les retours d’informations doivent être factuels et contextualisés, sinon c’est du blablabla. Ils sont bienveillants, jamais complaisants.

Les plus beaux cadeaux que vous pouvez faire dans vos vies professionnelles ce sont les feedbacks, c’est dire ce que vous appréciez chez vos collaborateurs, c’est dire leur importance dans l’équipe, dans l’entreprise, c’est dire qu’ils comptent pour vous.

C’est ainsi que le monde change, par la puissance combinée des mots et des actes.

Vous voulez aller plus loin ? Rencontrons-nous ! En attendant je vous propose de laisser un feedback, un simple j’aime, poster un commentaire ou encore une question !

Le numérique, un ami bien envahissant

Smartphones, dans la poche, sous l’oreiller, consultés compulsivement ; PC pour le travail et les loisirs, ne sommes-nous pas plus en train de discuter avec nos écrans qu’avec nos voisins ?


4 chiffres pour illustrer l’invasion du numérique, un atelier pour comprendre et (ré)agir…

Infos et inscriptions : https://lab-conseil.fr/les-ateliers-de-la-mi-temps/detoxnumerique/