Deux nouvels ans se rejoignent en ce 31 janvier, puisqu’il parait que nous pouvons adresser nos voeux jusqu’à la fin du mois de janvier, et que certains les souhaitent la veille, ce qui est le cas pour le nouvel an chinois qui débute demain, le 1er février, sous le signe du tigre d’eau.Deux calendriers, l’un solaire, l’autre lunaire. Deux cultures qui se rejoignent dans la célébration des jours qui rallongent.Un nouveau cycle de la vie qui nous permet d’espérer sortir de la pandémie pour retrouver le goût du partage sans geste barrière.
Les barrières parfois sont tout simplement mentales, elles nous privent de penser librement, de comprendre nos émotions et d’agir en pleine conscience. C’est ce qui se produit avec les tigres..Animal sauvage par excellence, le nombre de ces prédateurs est limité, environ 3900 unités dans le monde, bousculé par l’extension des espaces urbains et par la chasse, disons le braconnage, la fierté de brandir un trophée dans une lutte pour le moins inégale.
 A l’heure où nous vivons des changements d’importance, des basculements environnementaux et sociétaux, le tigre nous rappelle que rien n’est perdu. Evidemment la population des tigres ne pourra pas revenir à sa taille de 1900, environ 100 000 en Inde, mais les efforts engagés permettent de préserver la population avec une part importante de tigres en captivité, et une part très marginale et controversée de tigres en liberté. Le « tueur d’homme » fait peur en Inde, comme le loup en Europe. Alors nous les tuons, puis un jour nous comprenons, parfois un peu tard, que nous avons besoin d’eux. Il nous faut alors trouver un nouvel équilibre.
La tempérance, la recherche de l’équilibre, la profondeur des relations humaines sont au coeur de l’année du tigre d’eau. Nous pourrions nous moquer des symboles, nous en détourner, nous aurions torts. Ces « mythes » nous rappellent que l’homme appartient à la terre et que notre environnement est fragile, que chaque action entraine des réactions, inter-actions et rétro-actions. Nous nous devons donc de veiller à l’harmonie, c’est à dire à l’équilibre, la quiétude, de cela nous sommes tous responsables.
Alors je vous souhaite une très belle année 2022, pleine de responsabilité dans vos choix, d’attention envers vos proches, de comprendre vos peurs et émotions pour les apprivoiser et donner le meilleur pour que nos actions et nos engagements viennent (re)donner du sens à nos vies.

Share This