Créer une entreprise, changer de vie

Créer une entreprise, changer de vie

Créer ou reprendre une entreprise c’est prendre une décision radicale, une décision dont les conséquences ne sont souvent pas mesurées. Et heureusement, une part d’inconscience est nécessaire pour se jeter dans le grand bain et apprendre à nager.

Pour le créateur d’entreprise c’est un chemin qui débute souvent dans l’euphorie, enfin il va prendre en main son destin, prendre ses propres décisions, conduire sa vie, conduire son changement de vie.

Quelque soit le résultat, l‘expérience est riche, forte, elle conduit au dépassement de soi, elle permet en quelques mois d’en apprendre plus qu’en quelques années passées dans une entreprise.

La réussite d’une création d’entreprise passe le plus souvent par l’accompagnement de l’entrepreneur par une structure d’accompagnement (pépinière d’entreprise, Airdie, BGE…) la famille, des coachs, des experts, des associés.

L’accompagnement prend alors des formes diverses : soutien actif dans les périodes de financement, aide à la décision, brainstorming, appui moral dans les moments de creux et de doutes (vous le savez, vous le vivez). Et les études réalisées le montre, le taux de réussite (de survie) à 3 ans des projets passe en moyenne de 50% à 80%.(1)

Pour l’entrepreneur il est crucial de trouver cet appui, de trouver l’appui qui lui convient le mieux par rapport à son projet. Il doit pouvoir se ressourcer, travailler son leadership, intégrer son rôle de chef d’entreprise.

C’est pour cela que nous faisons notre la citation de Nelson Mandela

« Aucun de nous, en agissant seul ne peut atteindre le succès »

(1) les 3 facteurs clés de réussite pour les TPE / PME sont : l’accompagnement, l’ouverture du capital et l’internationalisation.

Se faire du bien : célébrer

Se faire du bien : célébrer

Capter les énergies positives nécessite parfois de couper la radio, la télé, les réseaux sociaux puis d’aller à la rencontre des autres.

Certaines semaines nous paraissent durer mille ans, et d’autres viennent récompenser ces mille ans de labeur.

Aujourd’hui j’ai envie de partager deux expériences successives qui nous rappellent que célébrer c’est nous faire du bien.

TOASTMASTER : apprendre à parler en public

Tout d’abord, mardi soir, j’ai été invité par un ami à participer sur Lyon à une soirée « Toastmaster ». Le principe est simple, il s’agit de parler en public.

Première phase de 2 minutes 30 secondes maxi pour trois candidats tirés au sort qui improvisent chacun sur une question posée par le président de la soirée, deuxième phase de 5 à 7 minutes pour 3 candidats qui ont préparé une intervention et enfin dernière phase qui consiste à présenter les évaluations des orateurs.Le moment fut plaisant, convivial, l’encouragement est de rigueur, les membres s’applaudissent, se reconnaissent des qualités et n’hésitent pas à apporter des pistes d’amélioration pour atteindre l’objectif : prendre confiance et mieux maîtriser sa parole en public, apprendre en faisant.

C’est aussi un travail d’équipe dans lequel chaque membre s’engage à prendre un rôle dans l’organisation et le déroulé de la soirée, gardien du temps, orateur, président, évaluateur, bref du mouvement et de l’énergie, un moment dont on ressort rechargé, la célébration y contribue fortement !

Patrice Canayer, grand témoin de la soirée Alès Audace

Alès soutient l’Audace

Mercredi, retour à Alès où j’ai eu le plaisir de participer à la 7ème édition du concours Alès Audace, cette fois-ci en étant candidat aux côtés de Chloé Rivière et Abdeslam Chaoui dans le projet « Pôle Image – Alès Cévennes » porté par Lionel Guichard. Projet récompensé, à notre grande joie, du 5ème prix du concours général, un bel encouragement et soutien pour le « Pôle Image », qui vise à devenir, sur la base d’un collectif, un pôle d’excellence.Alès Audace, c’est aussi un grand témoin, cette année Patrice Canayer, entraîneur et manager du Montpellier Handball Club qui a su développer la notion de performance, celle du dépassement de soi, celle de la réalisation d’un objectif et la notion de performance durable qui vise à reproduire cette performance dans le temps.

A l’appui de son expérience de la compétition de très haut niveau, Patrice Canayer a illustré comment autour de la performance il y a le talent, le travail, l’entraînement mais aussi les phases de récupération indispensables pour ne pas contre performer. Comment le travail d’équipe se révèle dans les temps forts quand chacun au même moment monte son niveau, ne commet pas d’erreur et réussit en quelques minutes décisives (sur un terrain de handball) à faire la différence.

J’ai retenu plus particulièrement que pour Patrice Canayer, il n’y a fondamentalement pas de différence entre le sport et l’entreprise, qu’il s’agit de faire avancer des équipes, d’accompagner des leaders (par des coachs, amis, structures d’accompagnement, la famille…) , et d’amener chacun à sortir de sa propre zone de confort pour être plus innovants et performants que ses concurrents.

Une belle soirée, un souffle d’énergie, d’entrepreneuriat qui illustre le faire, le travail, l’engagement, les rencontres et expériences qui nous enrichissent grâce en particulier à la célébration de projets en devenir, de réussites personnelles ou collectives et d’entreprises performantes.

Les lauréats et candidats du concours à découvrir sur www.ales-audace.fr

  • Défis Terroir pour Garoma, pour le Laboratoire de transformation de légumes bio, pour Cévennes.love et les Halles Bio de Vézénobres (aussi prix du public).
  • Pour le concours général : Le Garage des Cévennes, Clean Bill, PCS Connect, Ceven’Games et le Pôle Image Alès Cévennes
  • Pour le coup de coeur du jury : EVO PODS