Se faire du bien : célébrer

Se faire du bien : célébrer

Capter les énergies positives nécessite parfois de couper la radio, la télé, les réseaux sociaux puis d’aller à la rencontre des autres.

Certaines semaines nous paraissent durer mille ans, et d’autres viennent récompenser ces mille ans de labeur.

Aujourd’hui j’ai envie de partager deux expériences successives qui nous rappellent que célébrer c’est nous faire du bien.

TOASTMASTER : apprendre à parler en public

Tout d’abord, mardi soir, j’ai été invité par un ami à participer sur Lyon à une soirée « Toastmaster ». Le principe est simple, il s’agit de parler en public.

Première phase de 2 minutes 30 secondes maxi pour trois candidats tirés au sort qui improvisent chacun sur une question posée par le président de la soirée, deuxième phase de 5 à 7 minutes pour 3 candidats qui ont préparé une intervention et enfin dernière phase qui consiste à présenter les évaluations des orateurs.Le moment fut plaisant, convivial, l’encouragement est de rigueur, les membres s’applaudissent, se reconnaissent des qualités et n’hésitent pas à apporter des pistes d’amélioration pour atteindre l’objectif : prendre confiance et mieux maîtriser sa parole en public, apprendre en faisant.

C’est aussi un travail d’équipe dans lequel chaque membre s’engage à prendre un rôle dans l’organisation et le déroulé de la soirée, gardien du temps, orateur, président, évaluateur, bref du mouvement et de l’énergie, un moment dont on ressort rechargé, la célébration y contribue fortement !

Patrice Canayer, grand témoin de la soirée Alès Audace

Alès soutient l’Audace

Mercredi, retour à Alès où j’ai eu le plaisir de participer à la 7ème édition du concours Alès Audace, cette fois-ci en étant candidat aux côtés de Chloé Rivière et Abdeslam Chaoui dans le projet « Pôle Image – Alès Cévennes » porté par Lionel Guichard. Projet récompensé, à notre grande joie, du 5ème prix du concours général, un bel encouragement et soutien pour le « Pôle Image », qui vise à devenir, sur la base d’un collectif, un pôle d’excellence.Alès Audace, c’est aussi un grand témoin, cette année Patrice Canayer, entraîneur et manager du Montpellier Handball Club qui a su développer la notion de performance, celle du dépassement de soi, celle de la réalisation d’un objectif et la notion de performance durable qui vise à reproduire cette performance dans le temps.

A l’appui de son expérience de la compétition de très haut niveau, Patrice Canayer a illustré comment autour de la performance il y a le talent, le travail, l’entraînement mais aussi les phases de récupération indispensables pour ne pas contre performer. Comment le travail d’équipe se révèle dans les temps forts quand chacun au même moment monte son niveau, ne commet pas d’erreur et réussit en quelques minutes décisives (sur un terrain de handball) à faire la différence.

J’ai retenu plus particulièrement que pour Patrice Canayer, il n’y a fondamentalement pas de différence entre le sport et l’entreprise, qu’il s’agit de faire avancer des équipes, d’accompagner des leaders (par des coachs, amis, structures d’accompagnement, la famille…) , et d’amener chacun à sortir de sa propre zone de confort pour être plus innovants et performants que ses concurrents.

Une belle soirée, un souffle d’énergie, d’entrepreneuriat qui illustre le faire, le travail, l’engagement, les rencontres et expériences qui nous enrichissent grâce en particulier à la célébration de projets en devenir, de réussites personnelles ou collectives et d’entreprises performantes.

Les lauréats et candidats du concours à découvrir sur www.ales-audace.fr

  • Défis Terroir pour Garoma, pour le Laboratoire de transformation de légumes bio, pour Cévennes.love et les Halles Bio de Vézénobres (aussi prix du public).
  • Pour le concours général : Le Garage des Cévennes, Clean Bill, PCS Connect, Ceven’Games et le Pôle Image Alès Cévennes
  • Pour le coup de coeur du jury : EVO PODS

A vos agendas : Ateliers Intelligence Collective

A vos agendas : Ateliers Intelligence Collective

Manager, chef d’entreprise, leader, vous avez envie de ré-enchanter votre management ?

Michèle Vielfaure-Chapuis et Yann Riché, coachs certifiés C&T, vous proposent 3 dates et 3 villes différentes du Gard pour venir expérimenter l’intelligence collective en vivant des processus de coachings.

+d’infos

Michèle Vielfaure-Chapuis – Au nom du Sens

Tél : 06 40 40 26 41 – coaching.cm@orange.fr – www.kelsens-c.com

Yann Riché – Lab Conseil

Tél : 06 17 17 17 26 – yriche@lab-conseil.fr – www.lab-conseil.fr

Atelier 35 €TTC – Buffet optionnel 15 €TTC

Vente de billets en ligne

2018, la promesse de l’Aube ?

2018, la promesse de l’Aube ?

Les coutumes, les rites font partis intégrantes de nos sociétés. En ce début d’année, les cérémonies de vœux vont se multiplier, et d’ailleurs, je me dois, mais aussi et surtout j’ai plaisir à vous souhaiter une bonne et heureuse année 2018, le bonheur et la santé.

Bonheur et santé, car les deux dépendent à la fois de nos capacités à les cultiver et les deux dépendent aussi de facteurs exogènes, de la chance, du patrimoine éducatif et génétique…

J’ai débuté l’année de façon « exceptionnelle », en allant au cinéma, au programme « la promesse de l’aube », adaptation du roman autobiographique de Romain Gary, de sa relation avec sa mère et de son incroyable destin, la promesse faite de réaliser le destin que sa mère avait pour lui : écrivain, héros de la France et ambassadeur.

Ce film, le roman, montre la tragédie de la mère, les hauts, les bas, les doutes du fils, ses chances et son acharnement, ses sacrifices, avec, toujours ancrés en eux, la foi dans le destin de Romain et leurs amours réciproques.

Cela montre qu’un destin est aussi une affaire de cerveau, Romain Gary considère qu’il n’est pas seulement « né du ventre de sa mère mais aussi de son cerveau, elle l’a façonné selon son désir » (Mireille Sacotte en présentation du livre dans « Légendes du je » aux éditions Gallimard).

A l’aube de cette année 2018, les vœux peuvent devenir des promesses, pas simplement des résolutions qui ne tiendront que quelques jours, des promesses que nous nous répétons pour atteindre un idéal, un but, une raison d’exister, non pas pour lutter contre l’ennui, mais pour donner du sens à nos actions et nos engagements.

C’est sans doute là que se trouve mon vœux le plus cher, voir mes proches, ma famille, mes amis, mes relations être ce qu’ils veulent être, agir dans la conscience du sens.

C’est aussi cela qui importe pour les dirigeants d’organisations, petites ou grandes, pour les cadres, pour les salariés : donner du sens à un engagement, à sa vie professionnelle et personnelle.

Alors je souhaite à chacun pour 2018 que cette année vous donne du sens, et pour cela je vous invite à explorer l’une des trois pistes dessinées par Victor Frankl* :

  1. accomplir une œuvre ou une bonne action
  2. connaître et aimer quelqu’un ou quelque chose
  3. permettre à la victime d’une situation désespérée de se dépasser et de se transformer

Bonne Année

*Victor Frankl – Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie – Les éditions de l’Homme