2018, la promesse de l’Aube ?

2018, la promesse de l’Aube ?

Les coutumes, les rites font partis intégrantes de nos sociétés. En ce début d’année, les cérémonies de vœux vont se multiplier, et d’ailleurs, je me dois, mais aussi et surtout j’ai plaisir à vous souhaiter une bonne et heureuse année 2018, le bonheur et la santé.

Bonheur et santé, car les deux dépendent à la fois de nos capacités à les cultiver et les deux dépendent aussi de facteurs exogènes, de la chance, du patrimoine éducatif et génétique…

J’ai débuté l’année de façon « exceptionnelle », en allant au cinéma, au programme « la promesse de l’aube », adaptation du roman autobiographique de Romain Gary, de sa relation avec sa mère et de son incroyable destin, la promesse faite de réaliser le destin que sa mère avait pour lui : écrivain, héros de la France et ambassadeur.

Ce film, le roman, montre la tragédie de la mère, les hauts, les bas, les doutes du fils, ses chances et son acharnement, ses sacrifices, avec, toujours ancrés en eux, la foi dans le destin de Romain et leurs amours réciproques.

Cela montre qu’un destin est aussi une affaire de cerveau, Romain Gary considère qu’il n’est pas seulement « né du ventre de sa mère mais aussi de son cerveau, elle l’a façonné selon son désir » (Mireille Sacotte en présentation du livre dans « Légendes du je » aux éditions Gallimard).

A l’aube de cette année 2018, les vœux peuvent devenir des promesses, pas simplement des résolutions qui ne tiendront que quelques jours, des promesses que nous nous répétons pour atteindre un idéal, un but, une raison d’exister, non pas pour lutter contre l’ennui, mais pour donner du sens à nos actions et nos engagements.

C’est sans doute là que se trouve mon vœux le plus cher, voir mes proches, ma famille, mes amis, mes relations être ce qu’ils veulent être, agir dans la conscience du sens.

C’est aussi cela qui importe pour les dirigeants d’organisations, petites ou grandes, pour les cadres, pour les salariés : donner du sens à un engagement, à sa vie professionnelle et personnelle.

Alors je souhaite à chacun pour 2018 que cette année vous donne du sens, et pour cela je vous invite à explorer l’une des trois pistes dessinées par Victor Frankl* :

  1. accomplir une œuvre ou une bonne action
  2. connaître et aimer quelqu’un ou quelque chose
  3. permettre à la victime d’une situation désespérée de se dépasser et de se transformer

Bonne Année

*Victor Frankl – Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie – Les éditions de l’Homme